Elephant Vert, escales et rencontres

Les collines au bord du rio

03:05, 15/07/2009 .. 2 commentaires .. Lien

Les collines au bord du Rio

 

 

Ici, c'est le grand calme, et comme dirait ma copine Jo: c'est un paysage biblique.

 

 

Le principal acteur: le fleuve couleur d'argile, avec son incessant mouvement de marée. Et de chaque coté, en bordure, de grands roseaux souples, verts, qui font un doux bruit quand le vent les caresse. Parmi eux, il y a les taches roses des grands lauriers. Parfois, le vent détache une fleur, qui s'en va doucement sur l'eau, en se balançant. Les saules- pleureurs plongent leurs branches fines dans le rio.

 

 

 

 Plus loin, plus haut sur les collines: l'herbe. Jaune. Déjà grillée, un peu.

 

 

 

Ici, des oliviers aux troncs difformes, là- bas, des orangers aux fruits bien ronds, des poiriers porteurs de centaines de petites poires serrées et vertes les unes contre les autres. Les amandiers auront bientôt leurs branches qui ressembleront à des mains de sorcières! Plus de feuilles, juste les fruits aux coques dures et foncées. Les figuiers se propagent comme de la mauvaise herbe, croulant sous leurs fruits remplis de sucre et chauds de soleil. Les vignes échevelées rampent dans les blés, dans les ronciers.

 

 

En haut des collines: presque plus rien. Juste de la broussaille rôtie. Et encore plus loin, la blancheur d' un petit village, isolé, désolé.

 

 

 

Le bruit, c'est: le bourdonnement fort de centaines d'abeilles qui butinent les fleurs crémeuses du bel eucalyptus. Des cigales qui chantent en- veux- tu- en- voilà.

Des oiseaux: ceux à la tête rouge, avec le nom très chic de « chardonneret élégant ». Les merles moqueurs, les oiseaux au ventre jaune que sont les martinets. Des hirondelles rasent l'eau de leur vol saccadé. Les pies- bleues sont encore plus bleues, lorsque le soleil s'attache à les colorer. Les perdrix s'envolent à notre approche, et le loriot tout jaune se laisse voir. Parfois, une grande cigogne plane, tranquille. Un héron cendré avance délicatement en déliant ses grandes pattes. Vous ne verrez pas de photos, car impossible pour moi d'arriver à les photographier!

Par contre, pour la « paparazzi » que je suis, j'ai photographié d'autres habitants des collines! 

 

 

 

Dans les collines, il y a aussi de belles fleurs. Certaines poussent dans « rien »! Je ferme les yeux. Je les ouvre. Je les referme. Je suis assise à l'ombre d'un olivier . Le soleil passe entre les branches de l'eucalyptus. J'ai compté 8 nuages ronds dans le ciel bleu. Je respire l'odeur de la garrigue.

 

 

                        A bientôt...


Ajouter un commentaire

Commentaire sans titre

15:09, 16/07/2009 .. Publié par Anonymous
nous aussi avec Florie on sent la bonne odeur des oliviers, et on adore tes habitants que tu prends en photos...encore une blondasse!!!

From Arès, France !

11:00, 17/07/2009 .. Publié par Anonymous
Que c'est bon de vous retrouver ! Merci de nous faire partager toute cette beauté !!!
On pense à vous, profitez bien et à bientôt !
Bisesssssssssssssssssssssssssssss

Christelle et Jean-Baptiste

{ Page précédente } { Page 8 sur 34 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités






Menu


Rubriques

Les sites à visiter
Ma galerie virtuelle
Petites reflexions d une voyageuse

Derniers articles

BIENTÔT, NOUVELLE EXPOSITION DE MES TOILES:
EXPOSITION DE PEINTURE
nouveau site
Noël et les calebasses
Les maisons de la ville d'Hiver

Amis