Elephant Vert, escales et rencontres

Mertola dans les collines

07:10, 23/06/2009 .. 2 commentaires .. Lien

Mertola. la ville dans les collines.


Nous voici de nouveau à bord d'Eléphant Vert. Nous voici revenus sur le fleuve, le Rio Guadiana. Nous avons du y rentrer à la voile, car au moment de prendre la passe, le moteur n'a pas voulu démarrer. Mais il nous restait encore une heure de jour, et une heure de bonne marée. Dans une heure nous devrions être aux dernières bouées, il y a du vent. Et c'est ainsi que nous avons mouillé à 11h du soir devant Ayamonte, en douceur, sans bruit! Depuis, le démarreur, car c'était encore lui, a été réparé.
Nous avons le temps, nous prenons le temps, et profitons de cet endroit magique, encore épargné par un tourisme forcené, pour nous balader tranquillement sur le rio, frontière liquide entre l'Espagne et le Portugal. Aujourd 'hui je vous emmène dans la petite ville de Mertola, à 30km de Sanlucar ou d'Alcoutim. C'est au Portugal, encore plus loin dans les collines. Nous y allons en bus. Nous changeons de région. Nous quittons l'Algarve, et faisons connaissance avec l'Alentejo. Encore plus chaud, encore plus désertique...

 

.
Au bout d'une heure de bus, nous découvrons Mertola


Mertola la Maure, la Romaine, l' Arabesque, la Portugaise, la Métisse. Mertola l'ancienne, la fleurie, l'artiste, l'artisane. Mertola et ses églises, son château sombre des mille et une nuits veillant sur elle. Mertola qui sème au vent brûlant, jusqu'au fleuve couleur du cuivre, ses maisons, ses ruelles, ses toits anarchiques, ses fleurs et son passé.

 

Mertola, blanche dans cette nature grillée, jaune, désertique, caillouteuse, surchauffée, où des taches très blanches ont le nom de villages. Et un ciel bleu, à couper le souffle.
L'épicerie minuscule, remplie de paniers, de corbeilles en roseaux de toutes les tailles, de toutes les formes. Des terres cuites, des couvertures tissées. Du miel, dense et roux, des fruits, de la lessive, enfin tout ce qui fait une vraie épicerie.

 

 

Ecrasé de chaleur, le village s'endort à l'heure du repas. Nous allons manger au bar du Guadiana. Petit bistro adossé au pied des remparts. Nous passons de la couleur métallique du soleil, à l'ombre bienfaisante de la salle sombre. Nous dégustons une excellente salade de poulpes, puis des tranches de fromage de brebis, servies avec des petites olives noires très goûteuses, et du pain, du vrai pain portugais.

 

 

Dans l'après- midi, nous regagnons notre bateau, toujours en bus, sous une bonne chaleur de 37°.
Il fait chaud dans le sud, et encore plus chaud sur le fleuve, puisque nous sommes à 50km de la mer. Une autre fois, je vous raconterai d'autres villages blancs, les gens, les bergers, la nature. Tout au long de cet été, si ça vous dit, venez faire un petit tour à bord de l'Eléphant, lequel cette fois, nous fera balader souvent dans les collines. A bientôt, et passez tous un bel été.

 

 

 


Ajouter un commentaire

Coucou d'Arès !

07:50, 24/06/2009 .. Publié par Anonymous
C'est magnifique ! Les photos donnent envie d'aller s'y promener, mais ça donne soif ! Je vous souhaite tout le meilleur. Bise à tous les deux.
Jean-Baptiste

Commentaire sans titre

05:59, 30/06/2009 .. Publié par maïouch'
Ca fait du bien de vous suivre dans vos aventures.... c'est superbe et ça a l'air d'être presque irréel!!!! Ces maisons blanches dans un décor aussi aride.... c'est trés beau, j'ai hâte de continuer le voyage..... Maïa

{ Page précédente } { Page 9 sur 34 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités






Menu


Rubriques

Les sites à visiter
Ma galerie virtuelle
Petites reflexions d une voyageuse

Derniers articles

BIENTÔT, NOUVELLE EXPOSITION DE MES TOILES:
EXPOSITION DE PEINTURE
nouveau site
Noël et les calebasses
Les maisons de la ville d'Hiver

Amis