Elephant Vert, escales et rencontres

Je bétonne, tu bétonnes... à l'infini.

05:47, 6/10/2008 .. 0 commentaires .. Lien

Portimao: tu bétonnes, il bétonne, vous bétonnez... à l' infini.

... Alors, vous avez vu? Vous voulez vraiment partir en vacances avec nous?
Allez, venez, il n'y a pas que ça, en Algarve. Il faut chercher un petit peu, et on trouve, je vous assure.
D'abord, entre Lagos et Portimao, il y a la lagune d'Alvor. Notre guide nautique ( année 1998) nous dit que c'est beau, pratiquement désert, qu'il y a des oiseaux. Nous y allons, et avançons doucement dans la passe. Les oiseaux ont laissé la place aux jets- skis, aux grosses vedettes, aux nombreux voiliers. Tout le monde mouille comme il peut, dans le bruit incessant des moteurs. Ca va, ça vient à toute vitesse, dans tous les sens et dans un mouchoir de poche. On fait demi- tour et entrons dans l'avant- port de Portimao, 4 miles plus loin. Avant- hier, la police maritime avait fait partir tous les bateaux au mouillage. Nous apprendrons plus tard, que c'était en accord avec la marina...

 

Le décor: devant nous, la sinistre marina de Portimao. On dirait un gateau à la crème. Derrière elle, des tours et des immeubles: villages de vacances et la grande ville de Portimao. Derrière encore, des collines. Oui, des collines qui, dans la brume, ont la douceur mauve de la soie pour nos pauvres yeux, et nos pauvres oreilles. Car nos oreilles aussi seront agressées. Par le bruit des incontournables jets- skis, des annexes allant bon train, des petits avions dans le ciel, passant et repassant en trainant des bandeaux publicitaires. Des musiques mélangées: le karaoké du restaurant à droite, la musique soupe- sirupeuse à gauche et au milieu, le boum- boum des musiques boum- boum. Je vous laisse imaginer l'ambiance charmante.
Mais résistons, gardons le moral, il y a toujours un coté positif dans TOUT; et nous l'avons trouvé. J'ai oublié de vous dire que, sur notre coté gauche, il y a des falaises ocres et dorées qui sentent bon le thym et le romarin. Le matin tôt, leur odeur délicieuse vient jusqu'à nous. Le grand phare au bout, tout au bout, nous rappelle que c'est toujours lui qui est roi.

 

 

Et puis, un peu plus loin, nous apercevons un village tout blanc, blotti autour de son église. Quoi, un village, un vrai? ici? Oh God! Quel bonheur!

 

Nous irons le visiter ce petit village. Il s'appelle Ferrugada. Les maisons sont carrées et si blanches, les ouvertures entourées de couleurs vives. Les petites rues sont étroites, sinueuses. Ca monte, ça redescend, un vrai ballet de rues. Il y a des jasmins, des hibiscus, des bougainvillées. Couleurs qui se mélangent, éclatantes sous le soleil. Mhmhmh... Comme ça fait du bien de voir des vrais maisons, des vraies rues, des vrais jardins.

 

 

Ca va mieux? D'accord, on continue. Je vous fais visiter le vieux Portimao, car il existe. Malheureusement, il est un peu délaissé, et c'est dommage. Des maisons aux murs couverts d'azulejos, des rues étroites ici aussi, pour parer au soleil et à la chaleur. Les grandes cheminées des anciennes conserveries de sardines, en briques rouges. Si hautes et si droites dans le ciel uniquement bleu, que les grandes cigognes noires et blanches aiment s'y arrêter pour faire leur nid.

 

  

Quittons le vieux Portimao, et allons dans le centre commercial de la ville. Bien réaménagé, vieux monuments « revisités », vastes places ombragées, petites rues piétonnes bordées de commerces. Le marché de la ville est tout neuf, couvert, et abonde en grand falbalas tout ce dont vous avez envie de manger. Et puis, il y a les restaurants- à- sardines. Car Portimao était la ville de la sardine autrefois. Ca sent la sardine grillée à tous les coins de rue, et pour quelques euros, on peut se régaler des poissons argent arrosés d'un pétillant vinho verde.

 

Ce matin, grosse surprise: le brouillard. Cela fait des années que nous n'avons pas vu de brouillard en mer. Lorsque nous sommes partis d'Arcachon, il y a 20 ans, nous avions eu du brouillard épais plusieurs fois, notamment au Cap Finistère, puis en Gallice, puis au Cap St Vincent, à Gibraltar, et pour finir en Méditerranée! Nous nous étions promis que lorsque nous reviendrions dans la région, ça serait forcément avec un radar! Je me souviens des angoisses en traversant les rails des cargos, sur notre précédent voilier, Maï- Taï.
Mais là, c'est au mouillage. Nous faisons marcher un peu le radar, pour la frime! Les bruits sont feutrés, l'hummidité est forte. On se croirait dans de la ouate.

 

Non, il n'y a pas que de immeubles tout de même. Nous sommes retournés nous balader vers le grand phare et vers les belles falaises ocres et rousses, tombant à pic dans une mer joliment bleue et verte. De temps en temps, des petites plages désertes, et d'autres, moins.

 

  

 

La garrigue est belle. J'ai toujours aimé les paysages secs. Nous marchons sur des chemins de terre rouge. Nous arrivons vers un ancien village abandonné. Au loin, une tour génoise. Sur la route, bonne surprise: des figuiers couverts de figues bien mûres. J'en cueillerai et ferai 2 pots de confiture et une tarte. Il y a des oliviers, des amandiers, du thym, du romarin, de la sauge, des mimosas, des acacias. Odeurs sèches et poivrées se mélangeant avec bonheur.

 

 

 

   

Nous sommes fin août, et nous allons quitter Portimao afin de nous rendre dans la grande lagune de Faro. Elle est belle. Elle est sauvage. Elle me rappelle étrangement le Bassin d'Arcachon. Crrrrrrrrr, criccriccic, blong! Le mouillage est relevé. Il est 7h ce matin. Il fait frais encore, mais très beau. Vous nous suivez? Nous serons à l'entrée de la passe bientôt. Alors, à bientôt?

 


Ajouter un commentaire

{ Page précédente } { Page 13 sur 34 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Amis
Album photos

La carte des lieux visités






Menu


Rubriques

Les sites à visiter
Ma galerie virtuelle
Petites reflexions d une voyageuse

Derniers articles

BIENTÔT, NOUVELLE EXPOSITION DE MES TOILES:
EXPOSITION DE PEINTURE
nouveau site
Noël et les calebasses
Les maisons de la ville d'Hiver

Amis